La Démonologie

"The Spell IV" by HR Giger

Ah, la démonologie, probablement l'Art Sombre dont on parle le plus dans la littérature, religieuse comme fantastique, celui qui fascine le plus, qui est à la fois le plus décrié et pourtant le moins compris de tous!

Là où le vampirisme se retrouve enfermé dans son propre folklore, à l'instar de la thérianthropie souvent réduite aux histoires de loup-garou, et où le spiritisme est relégué aux films de fantômes et à l'univers new-age, la démonologie porte sur ses épaules toutes la malfaisance de notre monde. Comme le disait Jean-Paul Sartre, l'enfer, c'est les autres, en l’occurrence cet autre qui répond au doux sobriquet de "démon", ce que ne démentira aucun clergé ni aucun système de croyances du même acabit. C'est tellement commode.

Maintenant, faisons fi de toutes ces supertistions, et reprenons donc les choses du début : d'où vient le terme "démon"? Du latin daemon, lui-même issu du grec ancien daímôn, que l'on traduit par génie, divinité, ou encore puissance divine. Pour palier à ça, parce qu'avouons que la chose est bien embêtante de mêler le divin au mal dans toute sa splendeur, les "religions" (qui n'en portent plus que le nom) vous serinent depuis des millénaires leurs théories aussi fumeuses que manichéennes. Ouf, l'honneur est sauf! Enfin, l'honneur, c'est vite dit...

Le divin n'est pas un barbu dans les nuages, pas plus que le démon ne serait un diablotin cornu passant son temps à nous faire tourner en bourrique. Le divin, c'est la Nature, l'Univers et ses Lois, la vie et ses cycles. Le démon, en tant que "puissance divine", est son outil, un outil mis à notre disposition pour construire notre existence et notre destin. Ni plus, ni moins.

Les démons, ce sont ces forces qui nous habitent et nous animent. Oui la nature à l’œuvre en notre for intérieur, à l'image de la foudre qui déchire le ciel et le volcan qui éclate. Ces forces, ni bonnes ni mauvaises, qu'il nous faut apprendre à maîtriser si on ne veut pas qu'elles nous emportent. Et non, ce ne sont pas elles qui sont responsables de notre déchéance, mais bien notre hantise du moindre effort : paresseux de tout temps, réveillez-vous!

Comme toujours sur la voie occulte du développement de la conscience, et donc de la puissance et de la liberté, tout commence par soi. Ainsi, le "commerce avec les démons" que serait la démonologie débutera par le travail sur ses propres démons. Un exemple? Lisez cet article ou encore celui-ci. Belzébuth, ça sera pour après. Rassurez-vous, le bougre est patient...

Alors, prêts à devenir Légion?